En finir avec l'hypocrisie du droit des mineurs

Publié le par Jeunes UDC Vaud

L'affaire de Clarens nous aura démontré combien le droit des mineurs est dépassé et combien il est urgent qu'il soit réformé.

Un petit rappel des faits nous apprend qu'en 2006, un groupe de jeunes individus dont un mineur torture et assassine un homme de 61 ans à son domicile de Clarens. Le meurtrier a 17 ans et 8 mois au moment des faits. Reconnu coupable d'assassinat, séquestation, vol qualifié, incendie et d'atteinte à la paix des morts, il est enfermé dans une centre de rééducation depuis son jugement par le tribunal des mineurs. Il en sortira en 2010 à l'âge de 22 ans, après quatre ans d'internement ce qui est la peine maximale pour un mineur. Ces complices auront moins de chance, sa copine d'alors avait 18 ans et 7 mois au moment des faits. Elle écope de 20 ans de réclusion criminelle.

Le paradoxe veut que le meurtrier et principal coupable de ce meurtre retrouvera sa liberté moins de deux ans après la condamnation de ses compices à la prison à perpétuité. C'est une situation intolérable que le législateur doit corriger. En 2007, plus de 14'400 jugements ont été rendu à l'endroit de mineurs pour tous les délits pénaux possibles dont plus de 2'300 concernent des cas d'infractions avec violence. La criminalité a évolué et le droit doit s'adapter à cette évolution, d'ailleurs l'OFS précise que sur les 14'440 cas de jugements de mineurs, plus de 10'600 concernent des mineurs de plus de 15 ans.

La gauche et le centre politique ont de la peine à admettre ces chiffres et cette réalité, la délinquance juvénile est importante. 14'400 cas par année représentent 40 cas par jour (week-end et vacances compris) dans toute la Suisse. Si pour la plupart des délits ou petits délits des peines éducatives sont suffisantes et adaptées, il est par contre évident que le droit pénal ordinaire doit être rabaissé à l'âge de 15 ans. Un crime est un crime, qu'il soit le fait d'un mineur ou d'un majeur

Publié dans Débat - événement

Commenter cet article