Une justice pour quoi ?

Publié le par Jeunes UDC Vaud

Quelques exemples...

1) Mardi, la chambre pénale des mineurs du canton de Fribourg a rendu son verdict sur l’agression par des mineurs d’origines balkaniques d’un handicapé à Schmitten en 2005 ainsi que sur les viols collectifs et abus sexuels commis en 205 et 2006 à Schmitten et Wünnewil. Le principal accusé, majeur depuis quelques jours, a été incuplé d’agression, de vol, de lésions corporelles graves, de viols (au pluriel) et de contraintes sexuelles. Verdict : Il n’ira pas en prison ! La bande de ce criminel s’en est pris à un handicapé qu’ils ont tabassé dix minutes avant de le dépouiller.

 

Lors du procès, les accusés n’ont exprimé aucun regret et se sont montré arrogants. Malgré cela, le principal coupable écope de 4 ans d’internement en vue d’être rééduquer (un gouffre à fric pour les contribuables), le second écope de 2 mois de semi-détention (il est en formation professionnelle) et les autres membres du clan obtiennent des sursis.

 

2) Récemment, deux ressortissants étrangers du canton de Fribourg ont été reconnu de viols sur une handicapée et on été contraint à des peines de prisons de 18 mois. Étant donné qu’ils avaient effectué cette peine en prison préventive, ils sont sortis libre du tribunal.

 

3) Dans l’affaire du meurtre de Lucie, la justice a fait preuve d’une légerté insolente qui a permis le meurtre sauvage de cette adolescente.

 

Quelle justice ?

La justice est là pour quoi ? Dans ces peines, elle doit tenir compte du principe de la punition après la faute, de la sécurité pour la population vis-à-vis d’un individu dangereux et de la réintégration du fautif après sa peine. Il ne faudrait pas oublier qu’avant la réintégration, il y la punition et la sécurité.

 

Prenons la place des victimes. Tabassées, violées, mutilées, humiliées et j’en passe. Des gens ordinaires qui sont victimes de fous et de leurs folies. Il n’y avait pas autre chose que de l’arrogance, de la haine et de la perversité dans les yeux de ces agresseurs lors de viols et de passages à tabac. La justice est faite pour protéger les gens ordinaires, pas pour protéger les fous. La victime handicapée du viol en gardera un traumatisme important et des années de travaux pour améliorer son état ont été pulverisé sur l’autel de la perversité de deux idiots notoires et dangereux.

 

Conclusion

La justice a sérieusement intérêt à revoir sa copie. Le jour où un parent fera justice lui-même, la justice aura échouer. Quoi de plus injuste pour une victime que de voir son bourreau libre et continuer son existence avec la bénédiction de la société alors que la sienne est fissurée à jamais ?

Publié dans Débat - événement

Commenter cet article