La bonne décision ! Vivement la prochaine...

Publié le par Jeunes UDC Vaud

Le Matin Dimanche nous apprenait que le Conseil d’Etat avait entamé la procédure d’expulsion du meurtrier balkanique de Clarens, actuellement en détention pour mineurs et au bénéfice du permis F. L’octroi, donc l’annulation, d’un tel permis est de compétence fédéral, le journal dominical nous apprend que Philippe Leuba a pris contact avec le service fédéral concerné. Ose-t-on espérer que l’administration fédéral n’ira pas à l’encontre de la volonté cantonale...

 

Je ne peux que féliciter une telle décision du Conseil d’Etat. Le 6 février dernier, l’UDC demandait par la voie d’un communiqué de presse que le Conseil d’Etat se positionne rapidement sur la question et prononce le renvoi avant même que ce criminel ne puisse retrouver sa liberté complète.

 

Ce criminel a été reconnu coupable d'assassinat, séquestation, vol qualifié, incendie et d'atteinte à la paix des morts, il est donc logique que la peine de l’expulsion du territoire s’applique. En réalité, il aurait été irresponsable que nos autorités permettent de relâcher ce fou furieux dans la nature. L’expulsion, pour protéger la société, était donc le seul vrai choix de nos autorités dans ce cas.

 

Se pose donc la question suivante : les criminels étrangers doivent-ils être inculpé de cinq chefs d’accusations, dont quatre graves, pour que les autorités prononcent l’expulsion ? La réponse est clairement NON. Un seul de ces chefs d’accusation doit suffire à prononcer une expulsion définitive, irréversible et rapide.

 

Je salue la décision de nos autorités mais constate que tout autre position ne lui était pas envisageable. J’espère dès lors que ce premier signe encourageant permette l’application de cette peine à celles et ceux qui ne respectent pas nos lois.

Commenter cet article