La censure au programme du PS

Publié le par Jeunes UDC Vaud

Le 5 juin dernier, plusieurs quotidiens révélaient que le professeur de sociologie Uli Windisch subissait des pressions de sa hiérarchie quant à ses réflexions régulières publiées dans différents quotidiens, notamment une réflexion qui avait le tord de dire ses quatre vérités à la gauche. On apprenait aussi que le président du PS, Chrisitan Levrat a ébranlé le Conseil d’Etat (via Charles Beer, camarade socialiste) ainsi que le recteur de l’Université de Genève pour exercer une pression sur le sociologue. Uli Windisch aurait dû savoir que la gauche est au-dessus de toute critiques...

 

Cette volonté de censurer doit être dénoncée et Christian Levrat sanctionné. La censure n’a plus sa place dans notre société et j’avais espéré que les Socialistes suisses ne tomberaient pas dans les mêmes travers que les dictatures socialistes, nationales ou soviétiques, du siècle passé. La liberté d’expression est un bien cher, précieux mais aussi fragile. La volonté de censurer affaiblit nos libertés et notre démocratie.

 

Aussi, il est bon de rappeler que les Socialistes ne sont pas sous-représentés dans les différentes rubriques de réflexions. M. Windisch ne possède pas de mandat politique, de représente aucun parti et ne cherche pas à se profiler électoralement, tandis qu’une Conseillère aux États socialiste vaudoise bénéficie chaque semaine d’un encart important dans un grand quotidien romand avec photo à l’appui qui contribue fortement à renforcer sa visiblité. La gauche n’a pas le monopole de la pensée, malgré le fait qu’elle a celui des médias !

Publié dans Comuniqué de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article