Une question de morale!

Publié le par Jeunes UDC Vaud

En mai 2007 la police baloise trouva des milliers des photographies de garçons nus sur l'ordinateur d'un enseignant. Après jugement, cet homme dut payer plusieurs milliers de francs d'amende. Malgré cet acte gravissime, la justice rhénane refuse de divulguer le nom du condamné à la direction de l'école, jugeant son crime comme "pas assez grave". Ainsi ce pédophile peut continuer à enseigner sans que quiconque puisse intervenir afin de le licencier.

Il est totalement irresponsable de traiter ce cas avec tant d'indifférence. Laisser en liberté une personne ayant commis des actes de ce type est déjà en soi incompréhensible, mais de plus, le laisser poursuivre son activité de professeur auprès d'enfants est carrément honteux et alarmant! A quel genre de justice à eu à faire ce criminel pour qu'elle traite son cas avec tant de nonchalance? Rien que pour une question d'éthique, un pédophile de ce genre devrait être interdit de poursuivre sa profession. Car, même si, et bien heureusement, ses agissements n'arrivaient pas au viol, il a montré qu'il avait une attirance pour les enfants, ce qui est intolérable pour tout homme, et encore plus pour un instituteur et entraîneur sportif.

La justice baloise devrait très rapidement se remettre en question et mettre ce criminel hors circuit. Que ces chers juges pensent aux enfants avant de penser aux intérêts de cet homme. Ce n'est qu'une question de principe, de bon sens, de morale, et surtout de justice.

 

 

Michele Losa

Vice- président

Jeunes UDC district de Morges

Publié dans Positions JUDC-Vaud

Commenter cet article